Nature et Jardinage
Bienvenue sur le forum de la Nature et du Jardinage.
Pour profiter de toutes les photos et autres ressources du forum, vous devrez peut-être vous inscrire.
Bonne visite
Derniers sujets
» Ichneumon (xanthorius ?)
Mer 21 Aoû - 18:49 par Jean-Pierre

» Argus bronzé, Bronzé commun,
Mar 20 Aoû - 18:34 par Jean-Pierre

» Epipactis à larges feuilles
Lun 19 Aoû - 15:26 par Jean-Pierre

» Punaise arlequin (Scutellere, Pentanome)
Dim 18 Aoû - 13:01 par Jean-Pierre

» Cétoine doré
Sam 17 Aoû - 20:46 par Jean-Pierre

» La Vanesse Vulcain
Sam 17 Aoû - 10:00 par Jean-Pierre

» Le Flambé ou Podalire
Ven 16 Aoû - 14:56 par Jean-Pierre

» La Molène pulvérulente
Dim 11 Aoû - 16:35 par Jean-Pierre

» Zygène de la "Reine des prés"
Dim 11 Aoû - 12:49 par Jean-Pierre

» Une bien jolie araignée verte
Sam 10 Aoû - 14:24 par Jean-Pierre

» La Vanesse de l'Ortie
Ven 9 Aoû - 13:12 par Jean-Pierre

» Récolter et conserver ses graines de tomates
Mar 6 Aoû - 14:26 par Jean-Pierre

» Les Noctuelles
Dim 4 Aoû - 14:16 par Jean-Pierre

» Le Cytise commun
Dim 4 Aoû - 10:53 par Jean-Pierre

» Le Melilot blanc
Sam 3 Aoû - 19:14 par Jean-Pierre

» La Bugrane rampante
Jeu 1 Aoû - 16:06 par Jean-Pierre

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Prévisions météo 1

Sites d'intérêts
Plantes
Insectes
Techniques agronomiques
Jardins et producteurs
Shopactif



Les coccinelles

Aller en bas

Les coccinelles

Message  Jean-Pierre le Mer 30 Mar - 18:59

Coléoptère
Coccinidae

Tout le monde connaît les bêtes à bon Dieu, la coccinelle à 7 points (coccinella septum ponctata). Elle est parfaitement reconnaissable, avec ses élytres orange foncé ou rouge et ses sept points noir.
En réalité, malgré la sympathie universelle qu'elle inspire, c'est un monstre glouton à l'appétit insatiable. Elles adorent les pucerons et s'en régalent. Elles sont aussi efficaces lorsqu'elles sont à l'état larvaire qu'adulte. Peut-être même légèrement plus gloutonnes au stade larvaire, ayant besoin de beaucoup d'énergie pour ensuite se métamorphoser. À ce stade, elles peuvent engloutir jusqu'à 80 pucerons par jour. Une coccinelle adulte, restera quand même efficace car elle en dévorera quand même 50 par jour ce qui remplace avantageusement de n'importe quelle chimie existante.


Coccinella septum puncta
Si les coccinelles à sept points, se nourrissent essentiellement de pucerons elles apprécient aussi les cochenilles, en cas de disette, elles peuvent faute de mieux s'attaquer à d'autres insectes de petite taille. Il existe plusieurs espèces de coccinelles, plus ou moins spécialisées, certaines consomment uniquement des pucerons, alors que d'autres uniquement des cochenilles. Quelques unes se spécialisent même sur une seule espèce de puceron ou cochenille.


Adalia bipuncta
Après accouplement, les oeufs sont pondus par petits paquets ou grappes sous les feuilles. Une coccinelle pond de 100 à 400 oeufs, ils subiront quatre métamorphoses avant d'atteindre le stade adulte. On observe généralement, deux générations au cours de la saison, une génération de printemps, qui est issue de coccinelles ayant hiverné et une génération d'été, provenant des adultes nés au printemps. Selon les conditions climatiques, les oeufs après 4 à 6 jours donnent naissance à des larves gloutonnes qui s'empifreront de pucerons pendant 6 semaines avant de se métamorphoser en adultes.


-
Leur cycle de vie, pouvant s'échelonné sur deux années, nécessite alors un hivernage. Pour qu'elles soient toujours présentes au jardin, il faut qu'elles trouvent de quoi s'abriter pendant l'hiver. En principe, elles trouvent refuge dans les débris végétaux et notamment les tiges creuses, des écorces, des feuilles sèches... Il est assez fréquent de les voir se réfugier à l'intérieur de nos habitations. On peut les aider à passer l'hiver en remplissant des pots de terre cuite avec de la paille ou du foin que l'on maintiendra accrocher à un mur, ou retournés au sommet d'un bâton fiché en terre. On peut également construire des cabanes à insectes.
Un petit calcul tout simple:
Soit un oeuf de coccinelle pondu le 15 avril. Il éclôt le 21, pendant environ 22 jours la larve va dévorer en moyenne 60 pucerons par jour,(nous avons dit jusqu'a 80/jour) soit 1760 pucerons d'engloutis à ce stade. Nous sommes environ fin mai selon notre exemple. Ensuite la larve rentre en phase de nymphe apparemment immobile, suspendue à une branche ou une feuille d'où émergera 6 à 7 jours plus tard l'insecte au stade adulte. Nous sommes alors à une espérance de vie 6 à 8 semaines (moyenne 42 jours x 50 /j soit environ 2100 pucerons de plus engloutis.
Pendant son existence notre coccinelle aura à elle seule détruit 3860 pucerons.
La ponte d'une seule coccinelle peut donc potentiellement détruire: de 38600 à 154400 pucerons.
C'est un comble, à ce rythme-là, nous n'avons pas assez de rosiers ou de légumes appréciés par les pucerons dans notre jardin. Il faudra cultiver des capucines ou des fèves pour attirer d'autres pucerons afin de nourrir nos coccinelles...
Ils ne sont pas fous, les vendeurs de produits chimiques.
Ils ont inventé l'arme absolue, des produits dits systémiques, qui, déposés sur les feuilles passent ensuite dans les plantes puis sont transportés par la sève des végétaux. Ainsi, les pucerons sont empoisonnés et par la même occasion leurs prédateurs naturels. Tout ce qui bouge, est systématiquement détruit, soit par contact direct lors de la pulvérisation soit par ingestion de la sève. Ils connaissaient très bien le mécanisme dès le départ.
Les insectes auxiliaires comme les coccinelles qui n'auront pas été détruits lors de la pulvérisation, seront empoisonnés en consommant leur repas favori, les pucerons.
La chimie y gagne sur tous les tableaux, car, les colonies de pucerons sont très mobiles. D'autres pucerons viendront s'installer sur cet espace qui aura été complètement vidé de tous prédateurs. L'infestation sera massive, et les dégâts décuplés. Emporté dans la spirale infernale il faudra à nouveau utiliser de la chimie pour sauver les cultures...
Les parasites, ne se laisseront pas faire si facilement, peu à peu ils deviendront de plus en plus résistants et il faudra soit augmenter les doses, soit changer de molécule. Voilà comment on crée la dépendance économique et industrielle.
Mesdames et Messieurs, ne sortez plus vos euros !!!
Ne vous empoisonnez plus avec les résidus de pesticides un peu plus chaque jour...
Le choix de la coccinelle et des pucerons n'étaient pas anodins pour cette petite démonstration. De nombreux prédateurs ou auxiliaires subissent le même sort. Un peu moins connus, on n'en parlera jamais.
Le revers de la médaille.
Après avoir remarqué la redoutable efficacité des coccinelles, une évidence est apparue. Pourquoi ne pas élever cet insecte, puis l'implanter au stade larvaire ou adulte au milieu des cultures. Nous avons tout à gagner dans l'histoire, plus de produits chimiques. Enfin, on va pouvoir se doter d'un système qui est immuable et qui a fait ses preuves. La solution est là, à portée de main c'est la lutte biologique. Cela fonctionnait très bien, jusqu'au moment (1981) où l'on s'est dit, qu'une espèce asiatique (Harmonia axyridis) était encore plus performante que nos espèces locales et de surcroit polyphage...



Harmonia axyridis (l'indésirable)
Et là, le système dérape, ces coccinelles asiatiques, s'acclimatent et se reproduisent. Elles sont tellement performantes, que lorsqu'elles ont bouffé tous les pucerons, elles s'attaquent à nos coccinelles autochtones ...
Cette fois encore, partant d'une bonne intention, l'homme a une nouvelle fois dérapé.

ATTENTION !. ATTENTION ! ATTENTION !

Jardiniers respectueux de la nature, ne vous faites pas piéger!!!
Vous pourriez en toute bonne foi, vous laisser tenter par l'achat de larves ou d'adultes de coccinelles en passant par le rayon bio de votre jardinerie préférée. Vérifiez bien le nom de l'espèce. En aucun cas vous ne devez acquérir une autre espèce que la coccinelle à 7 points Coccinella septum puncta et Adalia bipuncta dite coccinelle à 2 points.

Lorsqu'il s'agit de coccinelles exotiques, on vous dira, que les souches ont été scrupuleusement sélectionnées et que les coccinelles ne peuvent pas voler donc se propager, etc... Néanmoins, elles se reproduiront dans votre jardin et deviendront une véritable peste.
IL N'Y A QU'UNE SEULE ALTERNATIVE! PRESERVEZ LA BIODIVERSITE DE VOS JARDINS.
avatar
Jean-Pierre
Admin
Admin

Messages : 320
Age : 67
Date d'inscription : 29/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum